…rêves oubliés…

Te souviens-tu de tes rêves ?

As-tu un souvenir préféré ?

Comment s’est arrivé ?

Comment vivre après traumatisme ? « …rêves oubliés… », qui prend naissance autour de la volonté de rompre le silence autour l’inceste, porte un double questionnement : l’un sur le phénomène de dissociation ( je devient un autre) et l’autre autour des mémoires collectives et individuelles ou plus précisément leurs absences (parallèles entre tabou et amnésie).

Ce projet s’appuie sur un témoignage, des documents de procès et des textes plus intimes.

Construit en polyphonie, ce dispositif sonore donne à écouter quatre voix qui se livrent, s’entremêlent, se répondent. Chacune a choisi son outil, un outil qui protège mais qui, en contrepartie, façonne sa perception de la vie.

En rendant vivante la douleur, « …rêves oubliés… » rappelle que la mise en lumière des tabous guérit en partie les plaies.

« Ce viol me rendit à jamais solidaire de tous ceux que la société et la loi excluent et écrasent. Puisque je n’étais pas encore parvenue à extérioriser ma rage, mon propre corps devint la cible de mon désir de vengeance. Solitude. On est très seul avec un secret pareil. Je pris l’habitude de survivre et d’assumer. » lettre à sa fille, Niki de Saint-Phalle, décembre 1992